Le Stroke ou signe de reconnaissance et outil des meilleurs managers ?

Le Stroke, c’est quoi ?

Une étude menée par Malakoff Médéric auprès de salariés et dirigeants « Qualité de vie au travail 2017, regards croisés » révélait que seulement 3 collaborateurs sur 10 s’estimaient être reconnus à leur juste valeur !

En entreprise, la reconnaissance du salarié n’est plus seulement une question de rémunération, les strokes jouent, eux aussi, un rôle clé dans la performance des équipes et de l’entreprise.

Définition

Appelé aussi signe de reconnaissance, par Eric Berne fondateur de l’Analyse transactionnelle, cette méthode se traduit étonnamment par une caresse ou un coup en anglais. Elle est quotidiennement utilisée, consciemment ou non, dans toutes les relations humaines. Et elle est nécessaire pour le bien-être d’une personne.

eric berne

Constat

Aujourd’hui, nous vivons dans un monde de la reconnaissance de la performance acquise et non de la reconnaissance de l’effort et de la volonté. C’est le résultat qui a tendance à être gratifié.

Avec le stroke, on adopte une autre vision : il s’agit de reconnaître l‘effort même si le résultat obtenu n’est pas celui attendu, dans une logique plus long termiste, car l’effort sera porteur sur la longueur.

Avec le stroke, l’échec devient une ressource pour rebondir et être plus fort. Le stroke génère de l’énergie tonique versus toxique.

D’une technique à de l’authenticité : préposé de base

Le stroke pour qu’il ait un impact positif au travail doit être fait avec authenticité, spontanéité et bienveillance. Il ne s’agit pas d’une technique froide. Il faut y mettre du cœur, de l’humain, de la compassion.

Le stroke : au service de tous dans toutes entreprises ? 

Si le Stroke peut être utilisé par le manager avec ses collaborateurs afin de montrer des signes de reconnaissance et motiver son équipe, cette pratique peut également être utilisée entre tous les membres des entreprises, de la PME à la Multinationale !

C’est aussi vrai pour communiquer vers son manager et on parle alors de leadership partagé.

Cela va faciliter ce qu’on appelle l’énergie tonique en entreprise et éviter le cloisonnement de la hiérarchie. 

coocandboost

Les différents types de Stroke

Les strokes c’est à la fois spontané et préparé selon les situations et les types de stroke.

Et ils peuvent être conditionnels ou inconditionnels !

Les signes conditionnels

Les signes de reconnaissances conditionnels vont se référer à des actes précis réalisés par le collaborateur : par exemple, la rédaction d’un compte rendu.

Ils peuvent être positifs : « Tu as écrit un très bon rapport »

Ou négatifs : « J’ai vu ta présentation, tu as oublié quelques points… »

Mais les deux sont utiles et appréciables dans la relation de travail.

Un stroke conditionnel négatif permettra un recadrage de l’action et sera donc bénéfique à tous à terme, à condition qu’il soit effectué avec bienveillance et avec la volonté de construire !

Ils sont à favoriser par rapport aux inconditionnels, plus risqués et à l’impact (positif) plus mitigé.

Les strokes inconditionnels

Un stroke inconditionnel est plus « générique » et concerne la personne globalement.

Attention, les risques d’utilisation des strokes inconditionnels sont nombreux.

Tout d’abord, même s’il est positif, le stroke trop générique n’est pas toujours très valorisant surtout s’il est répété sans variante. « Tu es génial » après chaque dossier traité, perdra de sa force sur le long terme !

De plus, on entre vite dans le jugement de valeur, qui peut heurter certains, qu’il soit exprimé de manière positive ou négative.

On ne veut pas toujours l’avis de notre entourage professionnel. D’un stroke inconditionnel, on peut en fait percevoir un jugement ou même une posture haute de son interlocuteur.

Enfin, la déviante la plus risquée du stroke serait de tomber dans le négatif et de manquer de retours constructifs. Exemple : « Je n’aime pas ton caractère ».

C’est tout à fait à proscrire en entreprise !

Les strokes inconditionnels doivent être réservés au positif !

reconnaissance

Comment exprimer les strokes ?

En voici une liste des meilleures façons :

  • Avec des signes verbaux : « je te félicite pour… » 
  • Mais aussi avec des signes non verbaux retranscrits à travers le comportement comme de l’écoute ou des expressions faciales : regards, sourires.
  • Avec de l’auto-stroke : il s’agit de demander directement au collaborateur un retour sur un point précis, une action qu’il a menée.
  • Des métaphores « sensorielles ». Elles sont très parlantes et impactantes ! Par exemple : « Tu es belle comme le jour », mais on vous déconseille de l’utiliser au travail, sauf cas particulier auquel on ne penserait pas ;)

 

Pour aller plus loin, découvrez l’article « Les impacts du stroke » ou comment le mettre en œuvre efficacement et comment réagir face à des strokes mal intentionnés ? 

 

coocandboost